Virage à 180 degrés!

En décembre 2011, la filiale américaine de SAP a conclu un accord avec SuccessFactors pour une acquisition évaluée à environ 3,4 milliards de dollars. Cette acquisition s’inscrit dans la stratégie de SAP de prendre le tournant des technologies d’infonuagique ou cloud, adoptée plus tôt notamment avec les produits « SAP Business ByDesign » et « SAP Sales OnDemand ».

Poussée par sa compétition de plus en plus présente sur le cloud, SAP se doit de maintenir l’avant-gardisme de sa marque d’entreprise et s’empresse d’annoncer la disponibilité prochaine de toute la suite HCM (Human Capital Management) sur sa nouvelle plateforme infonuagique BizX de SuccessFactors… incluant la paie!

« Le cloud est au cœur de la croissance future de SAP, et la combinaison des avancées de SuccessFactors et de la technologie de SAP permettra de nous positionner comme un puissant acteur du cloud. L’acquisition nous aidera à répondre à l’ensemble des grandes priorités des dirigeants – gérer les personnes et les talents » déclare le codirigeant de SAP, Bill McDermott (traduction libre).

Alors que personne ne comprend comment une telle transformation peut en pratique s’appliquer à l’ensemble des processus d’affaires des RH et de la paie, le « nuage » se transforme rapidement en brouillard pour les nombreux dirigeants et utilisateurs de la solution HCM.

Attention au dérapage

Assiste-t-on à la mort de la solution SAP ERP HR/Paie?

Alors que la réponse de l’entreprise allemande elle-même n’est pas claire, le marché s’emballe avec des spéculations. Chacun y va de sa propre interprétation et se doit d’étaler sur la place publique la lecture du futur qu’il fait dans sa boule de cristal…

  • « Le cloud est l’informatique de demain! »
  • « Les solutions sur place (on-premise) sont révolues! »
  • « Les consommateurs changent leurs habitudes. Ils achètent ou louent leur musique en ligne. »
  • « Les entreprises ne veulent plus s’encombrer d’infrastructures technologiques. »
  • « SAP ERP n’a plus d’avenir! »

Les seuls bénéficiaires de cette confusion sont les compétiteurs du géant allemand, tel que Workday, qui n’ont de ce fait même plus à démontrer la capacité d’une solution cloud à satisfaire aux besoins de personnalisation. Ils n’ont qu’à dire, sans argumentaire bien appuyé, qu’ils sont en avance sur SAP et sa solution SuccessFactors.

La panique s’empare de beaucoup d’entreprises qui hésitent, ou même arrêtent devant toutes initiatives SIRH le temps d’y voir plus clair. Les plus téméraires se lancent dans la conquête du cloud. Tous les fournisseurs de services et les intégrateurs annoncent leur nouvelle stratégie basée uniquement sur les solutions d’infonuagique… tous sauf IN-RGY!

Adapter son véhicule

Il est parfaitement clair pour nous que le véhicule doit être adapté à la route à parcourir. Les solutions cloud ont définitivement leurs avantages et leur place sur le marché. Mais elles ont également leurs points faibles, et c’est à cause de ces lacunes que les solutions traditionnelles sont là pour rester.

Tout d’abord, il y a trois concepts qui sont confondus dans l’appellation cloud :

  • le modèle de licence (achat versus location);
  • le mode d’hébergement ainsi que la propriété des infrastructures et des bases de données;
  • la capacité de personnalisation de la solution et l’accès à la configuration/personnalisation accordé au client.

 

Cloud Traditionnel
Modèle de licence
  • Location uniquement
  • Facturation mensuelle
  • Coût opérationnel (OPEX)
Achat avec frais périodiques de mise à jour Coût de capitalisation (CAPEX)
Hébergement Totalement contrôlé par le fournisseur de la solution Multiples possibilités (chez le client/chez un fournisseur; dédié/partagé; gestion interne/impartition)
Personnalisation
  • Capacité de personnalisation limitée principalement pour les solutions/plateforme partagées entre clients
  • Personnalisation limitée selon le désir de l’éditeur
Capacité de personnalisation extrême, avec différents niveaux de personnalisation allant jusqu’à l’accès au code source

Apprentissage

À la lumière de ces informations, il devient rapidement évident que les solutions cloud et traditionnelles sont là pour exister et coexister à long terme.

Les solutions cloud, souvent plus modernes et dynamiques, seront parfaitement adaptées aux processus demandant peu de personnalisation, de par leur simplicité et leur homogénéité. Elles seront également un bon choix pour les entreprises ayant un faible volume transactionnel, permettant ainsi certains processus manuels.

Quant à elles, les solutions traditionnelles sont parfaitement adaptées à l’automatisation des processus d’affaires complexes qui requièrent un niveau de personnalisation très élevé. On aura dès lors avantage à utiliser des solutions traditionnelles pour l’automatisation des conventions collectives, incluant toute la gestion de l’affectation et de l’évaluation du temps, ainsi que du calcul de la paie au moment où le volume transactionnel ne permet plus un processus de calcul manuel.

Enfin, une manière de bénéficier des avantages des solutions cloud lors de l’utilisation de solutions traditionnelles est d’opter pour le private cloud.

Le private cloud vous permettra :

  • de bénéficier d’environnements complètement pris en charge par votre fournisseur de service, incluant le déploiement, l’hébergement et la maintenance des infrastructures;
  • d’avoir accès à l’expertise de pointe nécessaire pour intégrer à votre solution les dernières fonctionnalités mises à la disposition des éditeurs, tout en gardant le contrôle sur le quoi, le quand et le comment de l’implantation de ces nouvelles fonctionnalités;
  • de rester propriétaire ou de pouvoir rapatrier à votre guise vos licences, vos infrastructures et vos bases de données, vous garantissant ainsi une indépendance par rapport à votre fournisseur de service.

Avez-vous des questions?
Nous serons heureux d’y répondre. Contactez-nous!